La cérémonie funèbre permet à la famille et aux proches de rendre hommage à la personne disparue. Le déroulement d’une telle cérémonie est toutefois facultatif.


bougiesL’organisation d’une cérémonie funèbre se retrouve dans plusieurs religions. Elle vient s’ajouter aux autres rituels (veillée funèbre, toilette rituelle, prières...) qui rythment les funérailles, depuis le moment du décès jusqu’au lieu de sépulture.


Selon la confession du défunt, une cérémonie religieuse pourra se dérouler dans un lieu de culte (église, temple...), à la chambre funéraire ou au crématorium... En effet, de nombreuses chambres funéraires (et certaines chambres mortuaires) disposent d’une salle permettant l’organisation de cérémonies. Certaines religions, comme la religion musulmane par exemple, privilégie un moment de recueillement en présence du défunt (veillée funèbre) plutôt qu’une cérémonie dans un lieu public.


Il est également possible d’organiser une cérémonie laïque, dépourvue de tout aspect religieux, qui prendra davantage la forme d’un hommage au défunt. Un tel moment de commémoration permet aux familles et aux proches de se recueillir, et d’adresser collectivement une forme d’adieu au disparu. Ce moment solennel participe, pour les proches, au travail de deuil.


Les entreprises de pompes funèbres proposent de se charger du déroulement de la cérémonie, conformément aux attentes de la famille (cérémonie religieuse ou laïque). Dans ce cas, un employé, appelé “maitre de cérémonie” veillera au bon déroulement de la cérémonie funèbre : lien avec les différents organismes et institutions (lieu de culte, cimetière, crématorium), conduite de la cérémonie (prise de parole, recueillement). Il assistera également la famille et les proches.


Lors du décès d’une personnalité, ou en présence d’autorités publiques, le maître de cérémonie veille également au respect des règles protocolaires.


PHOTO : SXC

Joomla Templates by Joomla51.com